Ils ont fait de leur jardin un paradis pour les oiseaux

Il n’y a pas besoin d’aller bien loin pour s’émerveiller. Dans leur jardin de Lasséran, un joli petit village à une dizaine de kilomètres d’Auch, Ginette et Daniel Dualé ont créé un petit paradis pour les oiseaux. Une vraie « station d’hiver » avec gîte et couvert assurés. Partout sur les arbres et autour de la maison, ils ont posé des nichoirs à mésange, mais aussi à chouette chevêche et à chauves-souris. Et des mangeoires de toutes sortes, imaginées et fabriquées par le maître des lieux.

Il suffit de s’asseoir calmement pendant quelques minutes pour les voir arriver. « Ils ont leurs heures », confie le jeune retraité, qui ne se lasse pas du spectacle. Les chardonnerets ouvrent le bal ; ce sont les plus nombreux à se diriger vers les graines de tournesol. Ils laissent tout le temps de les observer car ils se régalent sur place, contrairement aux mésanges qui, elles, prennent une graine et vont la manger plus haut, sur une branche du prunier. Bientôt un verdier arrive, suivi d’un grosbec casse-noyaux. « C’est une femelle. Le mâle, lui, a les ailes et la coiffe plus foncées. Magnifique ! »

« La pose de nichoirs n’a rien de dérisoire :
une espèce peut être maintenue grâce à cette seule action
 »

Daniel Dualé veut faire de son petit village de Lasséran, un havre de verdure de moins de 400 habitants, un exemple pour tout le Gers en matière de protection des oiseaux.

Daniel Dualé est un passionné, et quand il aime, il ne fait pas les choses à moitié. Comme les vieilles voitures qu’il retape et conserve précieusement quand il ne part pas en vadrouille avec les Chevrons lasséranais, le club qu’il a présidé pendant quatorze ans. Depuis bientôt deux ans, s’il sillonne les routes du Gers, c’est pour un tout autre projet. C’est en observant les oiseaux de son jardin avec ses quatre petits-enfants qu’il a eu l’idée d’aller plus loin, de « partager sa passion et de faire quelque chose de concret ». En 2018, le sexagénaire crée une association et s’entoure d’amis, d’ornithologues, d’agriculteurs, de chasseurs et de techniciens de la nature. « Il y a une place pour tout le monde ; le but c’est de travailler ensemble pour les oiseaux », précise-t-il.

En 2018, le Budget participatif gersois leur donne l’occasion de présenter leur projet : faire revenir les oiseaux de nos jardins. L’association Lou Rigaou* et ses amis font campagne dans tout le département. « C’était le plus petit budget (600 euros) mais il est arrivé en tête du canton Auch Sud-Ouest et onzième du département. Un petit budget certes, mais un grand projet ! On a reçu un super accueil partout », explique Daniel. L’objectif est double : prendre soin des oiseaux et sensibiliser les Gersois à leur protection.

Un projet qui parle à tout le monde et qui peut être reproduit partout

« La pose de nichoirs est un acte de protection de la nature qui n’a rien de dérisoire : une espèce peut être maintenue grâce à cette seule action. Pour les sauver, il faut aider les oiseaux. » À Lasséran, les heureux lauréats commencent par fabriquer des nichoirs avec les enfants de l’école et en installent une trentaine dans le village et sur le PR12, un joli chemin très prisé des marcheurs. Les résultats sont déjà là, se félicite Daniel. « Cet hiver, on a eu 66 naissances de mésanges, six par couvée. Quand elle a ses petits, la mésange consomme 800 chenilles par jour. Au lieu d’utiliser des produits chimiques contre les chenilles processionnaires, il vaut mieux installer des nichoirs. »

L’objectif est de doubler les effectifs cet hiver, mais cela ne s’arrête pas là. Les 18 membres de l’association vont aussi installer des points d’observation sur le PR12, planter des haies et des arbustes, organiser des balades sonores…

« On veut faire de Lasséran un village pilote, une commune qui pourrait servir de référence dans tout le département, car ce qu’on fait, c’est à la portée de tous, assure Daniel. C’est un projet qui parle à tout le monde et peut être reproduit partout. »

La mésange bleue, très agile et gourmande, est une assidue des mangeoires où elle se régale des graines de tournesol.

Cet article a été publié en mars 2020, dans Oxytanie#4. Du fait de la crise sanitaire, les actions programmées en 2020, notamment avec les écoliers, n’ont pas pu avoir lieu. Dès que la situation le permettra, Daniel espère pouvoir mettre en place les deux points d’observation sur le parcours ainsi que des panneaux d’identification de chaque espèce migrant où sédentaire de la région. Pour le contacter : oiseauxdesjardins32@gmail.com.


Comment faire revenir (simplement)
les oiseaux dans votre jardin

La pose de nichoirs adaptés est un moyen simple et efficace de favoriser la nidification des oiseaux. Daniel nous donne les règles de base pour bien choisir et installer votre nichoir.

  • Choisissez-le en bois. Il doit être le plus naturel possible, à son état brut et uniquement traité à l’huile de lin. Veillez à ce que le nichoir puisse être ouvert afin d’être nettoyé et désinfecté à l’automne afin de supprimer les parasites.
  • Eviter le plus possible d’exposer l’ouverture du nichoir aux vents dominants. Orientez-le plutôt vers le sud ou le sud-est.
  • Fixez-le de telle façon qu’un prédateur (chat, fouine et autres) ne puisse pas l’atteindre. Pas de branche, de rebord quelconque pouvant servir d’appui à proximité.
  • Lorsque vous l’installez contre un arbre, n’utilisez pas de clous mais un morceau de fil de fer en prenant soin de glisser entre celui-ci et l’écorce un morceau de bois ou de mousse plastique. Ainsi vous n’entraverez pas la croissance de l’arbre et vous lui éviterez des blessures.
  • Chaque espèce a ses exigences particulières et le nichoir doit être adapté à l’oiseau que vous souhaitez accueillir. La taille du trou d’envol est ainsi différente selon les oiseaux (27mm de diamètre pour la petite mésange bleue, 32 pour la mésange charbonnière).
  • Pas de perchoir. Il est non seulement inutile mais peut se révéler nuisible.
  • Si vous ne savez pas quels oiseaux fréquentent votre jardin ou votre balcon, installez une mangeoire et observez-les !
  • En plus du gîte et du couvert, n’oubliez pas de leur proposer aussi des points d’eau à renouveler tous les jours.

▶ Plus d’infos sur le site d’observation participatif oiseauxdesjardins.fr, coadministré par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle. Vous y trouverez des fiches avec les espèces, mais aussi des conseils pour fabriquer, installer et entretenir nichoirs et mangeoires chez vous.

Un peu partout sur la commune de Lasséran, l’association a installé des nichoirs pour les chouettes chevêches. Petites et craintives, elles ne se laissent pas observer facilement mais apprécient ces abris qui les protègent des prédateurs.