Sur la petite route de campagne qui mène au village médiéval de Montpezat-du-Quercy, vous ne pouvez pas louper la petite ferme de Pierre-Yves et Axelle. À l’entrée, ils ont construit ce qu’ils ont appelé une « cahute d’honnêteté ». À l’intérieur, on peut y acheter à n’importe quelle heure des œufs fraîchement pondus contre quelques euros qu’il suffit de déposer dans une petite boîte. « Les gens jouent le jeu. Ils n’ont pas envie de trahir cette confiance sans condition qu’on leur donne », explique Pierre-Yves. Sauf que depuis le printemps, il n’y a plus beaucoup d’œufs dans la cahute. Un renard a dévoré presque toutes les poules, ne laissant qu’une dizaine de survivantes.  « On est dans le territoire du renard, c’est à nous de nous protéger, continue l’éleveur. Et cette fois-ci, il a été plus malin que nous. L’éliminer, ça n’est pas une solution, ce n’est pas un nuisible mais un super prédateur pour les rongeurs. Il a toute sa place dans l’écosystème. »

Depuis sept ans qu’il s’est installé sur ce terrain vallonné d’un peu plus de trois hectares, il a tout construit de ses propres mains. Mais pour financer le grillage et la clôture électrique qui permettront de dissuader le renard de revenir, il a lancé un financement participatif. Un coup de pouce qui doit permettre à ses Ailes du Quercy de décoller.

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #3 d’Oxytanie