Le temps grisâtre est incertain mais cela n’a pas découragé Ania, notre guide pour la matinée, qui a déjà garé son vélo à quelques pas de notre première étape. L’heure du rendez-vous est dépassée de quelques minutes. Il va falloir rapidement répondre à l’équation : comment comprendre l’esprit slow de la ville en un week-end sans céder au pas de charge ? Avec bienveillance et un délicieux accent polonais, Ania nous éclaire : « Slow, ça ne veut pas dire qu’on est lent mais qu’on prend le temps de faire les choses. » Arrivée il y a quinze ans de Pologne pour suivre son futur mari, la jeune femme n’est jamais repartie. Sans regrets. Elle est bien placée pour nous faire découvrir l’art de vivre mirandais, qu’elle a complètement adopté. « À l’époque, on passait peut-être pour des ploucs, rigole-t-elle. Mais aujourd’hui je suis ravie d’habiter à Mirande, d’avoir sur place l’école, le collège, le lycée, le sport, la musique ! Je vais au travail et au marché à vélo. On a plein d’associations… C’est une vie tranquille mais où l’on ne s’ennuie pas. »

UN ESCARGOT DANS LA VILLE

Sur les bords de la très passante route d’Auch, la vitrine vers laquelle nous nous dirigeons arbore le même logo que notre guide sur son tee-shirt : l’escargot du label Cittaslow. Impossible de le louper, il traîne sa coquille partout en ville, sur les ronds-points, les portes vitrées des commerces et même les menus des restaurants.

Mirande est la troisième ville française à avoir obtenu ce label international, fin 2011. Né en Italie en 1999 dans la lignée du mouvement slow food, Cittaslow est à la fois un label et une philosophie, car il représente tout un art de vivre, du bien-vivre.

 

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

L’info en +

Cittaslow, qu’es aquò ?

Cittaslow vient de l’italien città, « cité », et de l’anglais slow, « lent ». également appelé le Réseau international des villes du bien-vivre, c’est une communauté de villes qui s’engagent à ralentir le rythme de vie de leurs citoyens. Il a été créé en 1999 par quatre maires italiens, inspirés du mouvement slow food (par opposition à l’invasion du fast-food), qui depuis n’a cessé de croître dans le pays et de diffuser son influence dans le monde entier.

Le réseau Cittaslow, lui, compte actuellement 266 villes dans 30 pays partout dans le monde. En France, dix villes sont labellisées : Segonzac (Charentes), Labastide d’Armagnac (Landes), Mirande (Gers), Créon (Gironde), Valmondois (Val d’Oise), Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), Loix (Île de Ré), Samatan (Gers), Simorre (Gers), Cazaubon/ Barbotan-les-Thermes (Gers).