Créée en 2017, l’association Tourisme gourmand en Occitanie regroupe treize exploitations agricoles et entreprises de l’agro-alimentaire qui souhaitent valoriser leur production et leur savoir-faire en ouvrant leurs portes au public pour des expériences gourmandes : visites, dégustations et ateliers. Un réseau unique en France qui regroupe aussi bien la boutique de la plus importante chocolaterie française (Cémoi, à Perpignan) qu’une oliveraie familiale ou une coopérative agricole. « Ce qui nous réunit, ce sont nos valeurs, explique Florence Pratlong, gérante de la fromagerie lozérienne Le Fédou et coprésidente de l’association. Le tourisme n’est pas notre métier mais nous avons à cœur de bien accueillir le public et de proposer une prestation tout en restant fidèles à nos valeurs d’humanité, de proximité, de respect de l’environnement. C’est la marque de fabrique de Tourisme gourmand. »

Un des volets importants, c’est la formation. Des salariés de chaque entreprise se forment chaque année pour devenir des  « guides gourmands destination Occitanie ». Ils sont initiés à l’accueil, à l’éveil sensoriel, à l’art du récit et à la gestion de crise… Conséquence des mesures sanitaires post-confinement, les groupes constitués (entreprises, associations), qui sont le cœur de leur public, ne devraient pas revenir avant plusieurs mois. Déjà fortement impactés sur leur activité principale, ils ont dû également revoir leurs offres touristiques pour rebondir. L’association constitue un socle idéal pour échanger, réfléchir et envisager l’après. L’expérience collective d’un tourisme en phase avec l’économie locale.

Les 13 membres de Tourisme gourmand en Occitanie :

Moulin de l’Oulibo (Aude), Salaisons Oberti (Tarn), Maison Labastide (Tarn), Coopérative Jeune Montagne (Aveyron), Fromagerie Le Fédou (Lozère), Domaine de l’Oulivie (Hérault), Les Caves Richemer (Hérault), Maison Tarbouriech (Hérault), Maison Ramajo (Gers), Dom Brial (Pyrénées-Orientales), Boutique Cémoi (P.-O.), Les vignerons de Plaimont (Gers), La Confiserie biscuiterie du Tech (P.-O.).

 

Florence Pratlong, fromagerie Le Fédou, Hyelzas (Lozère)

« Le tourisme est une opportunité
mais ça n’est pas un but en soi »

« On a conçu un circuit Des brebis et des hommes où l’on reçoit les groupes dans l’exploitation historique du Fédou, puis à la Ferme caussenarde d’autrefois, et enfin à la fromagerie où ils ont un film et une dégustation. Ce lien entre élevage et production, le métier d’agriculteur, c’était important de pouvoir les présenter, mais aussi de parler de notre région comme étant une région vivante. On n’est pas perdus au milieu de rien mais on est dans un ensemble et c’est ça qu’il est important de faire sentir. D’un lieu à l’autre, il y a une cohérence, de la complicité, de la convivialité. »

Dégustation à la fromagerie Le Fédou, en Lozère.

Maxime des Longchamps, caves Richemer (Hérault)

« L’impact du tourisme peut être positif
quand il fait profiter les productions locales »

« Je ressens depuis quelques années déjà qu’il y a une vraie attente des gens de donner du sens et de la valeur à ce qu’ils consomment. Au lieu de les culpabiliser, il faut leur montrer que leur impact peut être aussi positif quand ils font profiter les productions locales et jouent la carte de la proximité. »

 

Pierre Vialla, domaine de l’Oulivie, Combaillaux (Hérault) :
« Un tourisme humain, intimement lié à des valeurs »

« Des petits domaines comme le nôtre ne peuvent exister que s’il y a une forte interaction avec la clientèle, basée sur des valeurs de partage et de respect. Les petites structures peuvent montrer la voie, être le tissu social dont on a besoin. Je suis convaincu que le tourisme de demain sera humain, intimement lié à des valeurs. »

Le Domaine de l’Oulivie, près de Montpellier. Photo Henri Comte

 

Pour lire les témoignages en intégralité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

 

Pour aller plus loin