Graines de vie

Ne demandez pas à Jean-Luc Brault de choisir. Généralement affable, le voilà bien embêté quand on lui demande quelle est sa graine favorite ou, à défaut, la plus demandée de ses clients, des jardiniers amateurs de toute la France. Il n’y a pas de best-seller à Graines del Païs. La seule gagnante, c’est la diversité. « La diversité des plantes cultivées, c’est le reflet de la diversité humaine. Plus il y aura de personnes différentes qui auront des approches différentes de la plante, dans des lieux différents, plus nous aurons de biodiversité cultivée. »

C’est ce que les producteurs de semences paysannes (ou semences de la population) appellent la « coévolution Homme-plante-lieu ». Le contraire de la sélection qui a standardisé les variétés et les techniques depuis le milieu du 20e siècle. « À la fin du 19e siècle, on comptait 15 000 variétés de tomates, il n’y en a plus que 1 000 aujourd’hui », précise l’artisan semencier et gérant de Graines del Païs, créée à Bellegarde-du-Razès en 2005. Dans les petits sachets en papier de la société audoise, on en compte environ 150. Des variétés rustiques, goûteuses et reproductibles.

Potagères, aromatiques ou florales, les artisans semenciers de Graines del Païs partagent avec nous quelques-unes de ces variétés paysannes qu’ils s’attachent à préserver.

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #4 d’Oxytanie !


Un jardin où se cultive l’envie d’apprendre

Autour de Gérard, cisaille en main, ils sont plus d’une vingtaine à s’initier à l’art de tailler les arbres fruitiers. « D’habitude le jeudi c’est béni, mais pas cette fois », s’excuse presque Christine en remettant sa capuche. Le jeudi matin, même quand il pleut, c’est le rendez-vous des Jardiniers bourians. Quand il n’y a pas d’atelier ou de chantier participatif, ils viennent pour gratter et semer ensemble, demander des conseils ou simplement se retrouver autour d’un café pour échanger. Sur la bonne terre de la Bouriane, entre les causses secs du Lot et les vallées humides de la Dordogne toute proche, le Jardin bourian, à Dégagnac, est un havre de verdure. Et un modèle unique, à la fois pédagogique et collectif. Depuis sa création, il y a dix-sept ans, ce sont les jardiniers bénévoles qui le cultivent. Alors que la fin de l’hiver se profile, ils sont dans les starting-blocks. « Ce sera bientôt le moment de semer les fèves et les petits pois. On est aussi en train de refaire toute la parcelle des plantes aromatiques », montre Mireille, qui a également un projet un plus personnel pour l’entrée du jardin. « On va construire des personnages avec des pots de terre, ça va égayer ce coin qui est un peu vide, là-bas. Et après, on pourra animer un atelier avec les enfants du centre aéré. »

UNE QUARANTAINE DE BÉNÉVOLES ACTIFS

« Ce qui m’a plu au jardin, c’est la richesse de tout ce que chacun peut apporter, reconnaît Christine. Sur cette plateforme de quelques hectares, il peut se passer des millions de choses. » Pépiniériste de métier, elle est devenue présidente de l’association des Jardiniers bourians il y a dix ans

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #4 d’Oxytanie !


Un café, et cetera !

Un espace hybride qui allie café de village, restauration, librairie et spectacle vivant : après dix ans d’existence, à Lautrec, Café Plùm reste un « laboratoire d’expérimentation ».
Un reportage à lire dans Oxytanie#4.

————————-

À Damiatte, Karine Noppe a créé une épicerie presque zéro-déchet et engagée : Le radis bleu, un espace convivial où l’on ne vient pas seulement faire ses courses.

Un reportage à lire dans Oxytanie#4.

S’il s’appelle Au bord du monde, le nouveau café occupe une place centrale à Salvagnac, une commune qui fait tout pour conserver sa qualité de vie.

Un reportage à lire dans Oxytanie#4.

Boire un café en bouquinant ou en faisant une partie de Scrabble, c’est possible à L’Imaginarium, un café culturel et familial à Labruguière.

Un reportage à lire dans Oxytanie#4.

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #4 d’Oxytanie !


Qui se cache derrière Ami des lobbies

« Ça tourne ! Hadi, c’est quand tu veux. » Dans son costume impeccable, cravate rouge et canne à la main, le lobbyiste désormais le plus connu des Français avance face à la caméra avec assurance. « Ça paraît complètement fou qu’en 2020 il y ait encore des gens qui croient au réchauffement climatique. Quand je pense à tout ce qu’on a dépensé avec mes amis des énergies fossiles, un milliard en cinq ans depuis la COP 21, un milliard ! T’imagines un peu les sacrifices ! » Après plus d’une dizaine d’épisodes, Hadi Rassi maîtrise son personnage à la perfection. Toujours détestablement drôle. Et désormais incontournable dans le paysage écolo, même s’il fait plutôt de l’écologie à l’envers… Car Ami des lobbies, c’est « la première chaîne où les lobbies peuvent s’exprimer sans complexe ». En cinq minutes, les vidéos vantent toutes les merveilles offertes par la déforestation, nous délivrent tous les secrets du business plan en or des produits phytosanitaires (« notre plus grande fierté ») ou prennent la défense des chasseurs, « des héros incompris victimes d’une injuste défiance ». Tout cela est à prendre au second degré, bien sûr.

Le message est percutant, l’humour grinçant : dès le premier épisode en janvier 2019, la série fait un carton. Un an après, elle compte plus de 87 000 abonnés sur Youtube et plus de 10 millions de vues au total.

MAUVAISE FOI ET HUMOUR NOIR

Devant la caméra : un duo parfaitement rôdé. Comme dans l’émission culte C’est pas sorcier, le premier se met en scène pendant que l’autre appuie son propos en avançant des données scientifiques. Sauf que cette fois, Fred et Jamy sont purement diaboliques… Hadi Rassi excelle de mauvaise foi dans son rôle de défenseur des lobbies tandis que Laura Flahaut, dans sa blouse blanche, nous démontre tous les bienfaits de la mode rapide, de la consommation de viande ou encore du sucre – avec une casquette Coca-Cola vissée sur la tête. Derrière la caméra, un seul homme : Jeremy Bismuth. C’est lui qui écrit et réalise tous les épisodes. « Ça faisait longtemps que je voulais tourner une ­websérie sur l’écologie mais ce sont des sujets qui peuvent vite devenir anxiogènes. Je voulais que ce soit drôle pour ne pas rebuter le public, mais aussi parce que c’est plus efficace. Prendre le point de vue des méchants, c’est toujours plus parlant. »

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #4 d’Oxytanie !

 


Du tourisme autrement chez des paysans accueillants

Chez eux, pas de course aux étoiles, si ce n’est dans le ciel… Les membres du réseau Accueil Paysan partagent avant tout une éthique, basée sur la défense d’une agriculture paysanne et le respect de l’environnement, et la volonté de faire découvrir le milieu rural par l’échange et le partage.

L’association Accueil Paysan est née en 1987 en Isère de la longue réflexion de paysans de la région Rhône-Alpes qui souhaitaient accueillir le public au sein de leurs productions agricoles, dans une démarche respectueuse de l’homme et de son environnement. Plusieurs associations se créent dans toute la France et le premier guide de ces « vacances autrement » est édité en 1992. Aujourd’hui, il compte 900 adhérents en France et 300 à l’étranger, dans 32 pays : tous agriculteurs et acteurs ruraux engagés en faveur d’une agriculture paysanne et d’un tourisme durable, équitable et solidaire.

« Nous sommes de petites fermes à taille humaine, c’est ce qui fait qu’on est tous différents, avec chacun son originalité », note Véronique, dans le Lot. « On est issus d’un monde agricole avec une éthique, un respect de l’homme, de l’environnement, de l’animal… C’est ça qui fait notre différence. Cet engagement, les autres ne l’ont pas forcément. » Pour le mouvement, l’accueil fait partie intégrante de l’activité agricole. Il milite depuis plusieurs années pour la reconnaissance du métier de paysan-accueilleur-aménageur.

L’AGRITOURISME EST À UN TOURNANT

Née à la même période mais beaucoup plus connu, le réseau Bienvenue à la ferme est une marque des chambres d’agriculture, et de loin le numéro 1 avec 8 000 agriculteurs adhérents en France, dont 1 250 en Occitanie. Quelle différence entre les deux réseaux ? C’est Daniel, de la ferme de La Borie Maigre, dans le Tarn, qui le résume le mieux : « On a choisi Accueil Paysan comme on a choisi Nature et Progrès, qui est plus exigeant que le label Agriculture biologique. Accueil Paysan, c’est un peu son pendant pour l’agritourisme. »

La charte d’Accueil Paysan définit les valeurs et l’esprit du réseau. On y trouve l’origine et la qualité des produits, le confort « adapté à l’habitat local » mais surtout des valeurs humaines : la solidarité, le respect de l’environnement, l’accessibilité à tous, la valorisation des identités paysannes…

Historiquement, le mouvement s’est développé en proposant une alternative au modèle de développement intensif de l’agriculture, avec des modes d’élevage et de culture soucieux de la qualité des produits et travaillés dans le respect de l’environnement. De facto, une grande partie des adhérents pratiquent l’agroécologie et l’agriculture biologique.

Comme l’agriculture, l’agritourisme est à un tournant. « Nous sommes à une période charnière avec le départ à la retraite de la première génération et la transmission, ou pas, à la nouvelle génération », note Armand, unique salarié de l’association régionale Accueil Paysan, basée à Limoux, dans l’Aude.

Retrouvez des portraits de membres d’Accueil Paysan dans le Lot, le Tarn-et-Garonne et le Tarn dans le numéro #5 d’Oxytanie.

Soutenez la presse locale de qualité !

 

Bernard, paysan vigneron à la retraite, dans le gîte qu’il vient de faire rénover au milieu des vignes, au domaine de Lafage (Tarn-et-Garonne).


Ils font du tourisme en circuit court

Créée en 2017, l’association Tourisme gourmand en Occitanie regroupe treize exploitations agricoles et entreprises de l’agro-alimentaire qui souhaitent valoriser leur production et leur savoir-faire en ouvrant leurs portes au public pour des expériences gourmandes : visites, dégustations et ateliers. Un réseau unique en France qui regroupe aussi bien la boutique de la plus importante chocolaterie française (Cémoi, à Perpignan) qu’une oliveraie familiale ou une coopérative agricole. « Ce qui nous réunit, ce sont nos valeurs, explique Florence Pratlong, gérante de la fromagerie lozérienne Le Fédou et coprésidente de l’association. Le tourisme n’est pas notre métier mais nous avons à cœur de bien accueillir le public et de proposer une prestation tout en restant fidèles à nos valeurs d’humanité, de proximité, de respect de l’environnement. C’est la marque de fabrique de Tourisme gourmand. »

Un des volets importants, c’est la formation. Des salariés de chaque entreprise se forment chaque année pour devenir des  « guides gourmands destination Occitanie ». Ils sont initiés à l’accueil, à l’éveil sensoriel, à l’art du récit et à la gestion de crise… Conséquence des mesures sanitaires post-confinement, les groupes constitués (entreprises, associations), qui sont le cœur de leur public, ne devraient pas revenir avant plusieurs mois. Déjà fortement impactés sur leur activité principale, ils ont dû également revoir leurs offres touristiques pour rebondir. L’association constitue un socle idéal pour échanger, réfléchir et envisager l’après. L’expérience collective d’un tourisme en phase avec l’économie locale.

Les 13 membres de Tourisme gourmand en Occitanie :

Moulin de l’Oulibo (Aude), Salaisons Oberti (Tarn), Maison Labastide (Tarn), Coopérative Jeune Montagne (Aveyron), Fromagerie Le Fédou (Lozère), Domaine de l’Oulivie (Hérault), Les Caves Richemer (Hérault), Maison Tarbouriech (Hérault), Maison Ramajo (Gers), Dom Brial (Pyrénées-Orientales), Boutique Cémoi (P.-O.), Les vignerons de Plaimont (Gers), La Confiserie biscuiterie du Tech (P.-O.).

 

Florence Pratlong, fromagerie Le Fédou, Hyelzas (Lozère)

« Le tourisme est une opportunité
mais ça n’est pas un but en soi »

« On a conçu un circuit Des brebis et des hommes où l’on reçoit les groupes dans l’exploitation historique du Fédou, puis à la Ferme caussenarde d’autrefois, et enfin à la fromagerie où ils ont un film et une dégustation. Ce lien entre élevage et production, le métier d’agriculteur, c’était important de pouvoir les présenter, mais aussi de parler de notre région comme étant une région vivante. On n’est pas perdus au milieu de rien mais on est dans un ensemble et c’est ça qu’il est important de faire sentir. D’un lieu à l’autre, il y a une cohérence, de la complicité, de la convivialité. »

Dégustation à la fromagerie Le Fédou, en Lozère.

Maxime des Longchamps, caves Richemer (Hérault)

« L’impact du tourisme peut être positif
quand il fait profiter les productions locales »

« Je ressens depuis quelques années déjà qu’il y a une vraie attente des gens de donner du sens et de la valeur à ce qu’ils consomment. Au lieu de les culpabiliser, il faut leur montrer que leur impact peut être aussi positif quand ils font profiter les productions locales et jouent la carte de la proximité. »

 

Pierre Vialla, domaine de l’Oulivie, Combaillaux (Hérault) :
« Un tourisme humain, intimement lié à des valeurs »

« Des petits domaines comme le nôtre ne peuvent exister que s’il y a une forte interaction avec la clientèle, basée sur des valeurs de partage et de respect. Les petites structures peuvent montrer la voie, être le tissu social dont on a besoin. Je suis convaincu que le tourisme de demain sera humain, intimement lié à des valeurs. »

Le Domaine de l’Oulivie, près de Montpellier. Photo Henri Comte

 

Pour lire les témoignages en intégralité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

 

Pour aller plus loin

Mirande, ville slow

Le temps grisâtre est incertain mais cela n’a pas découragé Ania, notre guide pour la matinée, qui a déjà garé son vélo à quelques pas de notre première étape. L’heure du rendez-vous est dépassée de quelques minutes. Il va falloir rapidement répondre à l’équation : comment comprendre l’esprit slow de la ville en un week-end sans céder au pas de charge ? Avec bienveillance et un délicieux accent polonais, Ania nous éclaire : « Slow, ça ne veut pas dire qu’on est lent mais qu’on prend le temps de faire les choses. » Arrivée il y a quinze ans de Pologne pour suivre son futur mari, la jeune femme n’est jamais repartie. Sans regrets. Elle est bien placée pour nous faire découvrir l’art de vivre mirandais, qu’elle a complètement adopté. « À l’époque, on passait peut-être pour des ploucs, rigole-t-elle. Mais aujourd’hui je suis ravie d’habiter à Mirande, d’avoir sur place l’école, le collège, le lycée, le sport, la musique ! Je vais au travail et au marché à vélo. On a plein d’associations… C’est une vie tranquille mais où l’on ne s’ennuie pas. »

UN ESCARGOT DANS LA VILLE

Sur les bords de la très passante route d’Auch, la vitrine vers laquelle nous nous dirigeons arbore le même logo que notre guide sur son tee-shirt : l’escargot du label Cittaslow. Impossible de le louper, il traîne sa coquille partout en ville, sur les ronds-points, les portes vitrées des commerces et même les menus des restaurants.

Mirande est la troisième ville française à avoir obtenu ce label international, fin 2011. Né en Italie en 1999 dans la lignée du mouvement slow food, Cittaslow est à la fois un label et une philosophie, car il représente tout un art de vivre, du bien-vivre.

 

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

L’info en +

Cittaslow, qu’es aquò ?

Cittaslow vient de l’italien città, « cité », et de l’anglais slow, « lent ». également appelé le Réseau international des villes du bien-vivre, c’est une communauté de villes qui s’engagent à ralentir le rythme de vie de leurs citoyens. Il a été créé en 1999 par quatre maires italiens, inspirés du mouvement slow food (par opposition à l’invasion du fast-food), qui depuis n’a cessé de croître dans le pays et de diffuser son influence dans le monde entier.

Le réseau Cittaslow, lui, compte actuellement 266 villes dans 30 pays partout dans le monde. En France, dix villes sont labellisées : Segonzac (Charentes), Labastide d’Armagnac (Landes), Mirande (Gers), Créon (Gironde), Valmondois (Val d’Oise), Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), Loix (Île de Ré), Samatan (Gers), Simorre (Gers), Cazaubon/ Barbotan-les-Thermes (Gers).


Tourisme responsable : « Il faut que les entreprises s’engagent »

Vous êtes président de l’association Agir pour un tourisme responsable (ATR), qui rassemble les professionnels du voyage engagés « dans un tourisme à visage humain » en France et partout dans le monde où vous êtes présents. Alors que l’on parle de tourisme durable, vert, éthique, solidaire, etc., c’est quoi, au juste, le tourisme responsable ? 

Vincent Fonvieille : C’est un engagement, à plusieurs niveaux : humain, social, environnemental et sociétal. Vis-à-vis de nos clients, c’est essentiellement un engagement de transparence, mais aussi d’information, de pédagogie. Vis-à-vis de nos partenaires dans les différentes destinations, en France et surtout à l’étranger, c’est essentiellement de créer des conditions de travail correctes, décentes, bien meilleures que ne l’exigent les lois de nombreuses destinations que nous programmons.

Vis-à-vis de nos collaborateurs, de notre propre organisation, c’est un engagement de cohérence : il s’agit de nous appliquer à nous-mêmes les exigences que l’on impose aux autres. Enfin, un engagement sociétal parce que je pense que l’entreprise a un rôle à jouer dans la société, vis-à-vis des grands enjeux de ce monde, auprès des autres grands acteurs que sont les dirigeants politiques d’une part et les citoyens de l’autre. Si l’on veut que les choses évoluent dans le bon sens, il faut que les entreprises s’engagent.

Et, bien entendu, à la base de nos valeurs, c’est un engagement vis-à-vis de la planète, avec l’objectif de réduire au maximum notre impact sur l’environnement.

Comment se concrétisent ces différents engagements, dans la pratique ?

Vincent Fonvieille : Dès sa création en 1985, l’engagement pour un tourisme plus responsable a toujours fait partie des fondements de La Balaguère. Au début des années 2000, nous nous sommes retrouvés avec une petite dizaine d’autres tours-opérateurs portés par les mêmes valeurs, humaines et environnementales. À une époque où n’importe qui se revendiquait responsable, durable, équitable, nous avons voulu montrer ce que signifiait pour nous d’être véritablement engagés dans une démarche collective pour un tourisme plus responsable.

[…]

Pour lire l’interview dans sa totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

La Balaguère, un pied dans les Pyrénées
et l’autre dans le reste du monde

Implantée à Arrens-Marsous, petit village des Hautes-Pyrénées, La Balaguère est le tour-opérateur leader de la randonnée dans les Pyrénées. L’autre partie de son activité (un peu plus de la moitié) se déroule partout ailleurs dans le monde, où elle organise des voyages à pied.

Trente-cinq ans après sa création par Vincent Fonvieille, La Balaguère propose plus de 800 destinations, fait voyager plus de 14 000 marcheurs chaque année, compte une cinquantaine de collaborateurs, et tout cela sans jamais avoir quitté son camp de base du Val d’Azun. Une fierté pour son fondateur, à la fois acteur incontournable du massif pyrénéen et représentant du secteur touristique au niveau national à travers Agir pour un tourisme responsable (ATR), dont il a participé à la création et dont il est le président.


Un voyage exotique en France, c'est possible !

Photographe, rédacteur de guides, vous avez voyagé dans le monde entier, visité plus de 45 pays… Pourquoi ce voyage en France ?

Mathieu Mouillet : Dans tous les endroits où j’étais allé, systématiquement, on me demandait « Pourquoi venir chez nous alors que vous vivez dans le plus beau pays du monde ? » L’idée a fait son chemin. Pourquoi partir au bout du monde quand, paraît-il, « le voyage commence en bas de chez soi » ? Mais je ne voulais pas faire un voyage « touristique », je voulais rencontrer des acteurs du territoire, des gens très différents les uns les autres. C’est ce qui m’intéresse d’abord dans le voyage : rencontrer des gens qui vivent un peu différemment et écouter ce qu’ils ont à raconter.

En 2015, quand j’ai commencé mon périple, il y avait déjà l’envie de se tourner vers les tiers lieux, les circuits-courts, la démocratie participative, l’économie circulaire… Je voulais explorer tout ça. Et puis au-delà de ce projet de recherche – voir dans quel état les campagnes françaises se trouvaient – c’était aussi un projet personnel. Je n’en pouvais plus d’être Parisien, de broyer du gris en permanence. Il était temps que je me sauve, au sens propre !

« Ce que j’ai découvert, finalement, peut ressembler à une vision optimiste du « monde d’après ». Pendant un an et demi, j’ai rencontré des gens radieux qui avaient pris leur destin en main et qui étaient heureux, ravis d’habiter là où ils étaient. Je ne pensais pas qu’il y avait une telle énergie en attente »

Il y a un mélange de préparation et d’improvisation dans votre traversée. Comment concilier les deux ?

Mathieu Mouillet : J’avais bien préparé le voyage en amont et pour chaque département, j’avais les coordonnées d’une vingtaine de personnes que je contactais au fur et à mesure de mon avancée. Souvent, elles me dirigeaient vers d’autres personnes, parfois ne répondaient pas ou alors je tombais au mauvais moment. La préparation me permettait d’avoir une colonne vertébrale sur laquelle je pouvais me reposer, qui donnait la direction, et ensuite, autour de ça, je savais qu’il allait s’agréger plein de choses que je ne maîtrisais pas et que je ne voulais surtout pas maîtriser. Parfois, c’est quand on ne cherche pas qu’on trouve exactement ce qu’on cherchait sans le savoir ! Le vrai voyage commence quand on ne sait pas où l’on va. Je ne voulais surtout pas relier les points qui étaient posés sur la carte avec un emploi du temps réglé à l’avance. En voyageant comme ça, on ne peut pas honorer les bonnes surprises. Résultat : j’étais parti pour un an mais au final le voyage a duré un an et demi.

Il fallait aussi passer de longs épisodes de marche, très introspectifs, aux moments de rencontres, plus ou moins prévues…

Mathieu Mouillet : En effet, cela donne un voyage un peu bipolaire ! Il y avait des moments où j’étais vraiment immergé chez les gens qui me recevaient, très intenses ; et le reste du temps, je passais des journées entières à marcher seul, d’un point à un autre. C’était la partie contemplative du voyage et là, pour le coup, je ne rencontrais plus personne. À part sur le chemin de Compostelle où il y a beaucoup de marcheurs, partout ailleurs la diagonale du vide porte bien son nom. C’était la bonne mesure. La solitude fait aussi désirer le contact avec les autres, on savoure d’autant plus les moments où l’on croise des gens sur la route, même quand c’est pour discuter cinq minutes.

[…]

Pour lire le témoignage passionnant de Mathieu dans sa totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

 

Bivouac à la campagne. Photo Mathieu Mouillet

Qui est-il ?

En 2001, il est a parti à vélo pendant dix-huit mois à travers l’Asie, l’Amérique du Sud et l’Afrique enregistrer les musiques du monde. Depuis, Mathieu Mouillet n’a jamais cessé de voyager, préférant les voyages sans moteur et les rencontres aux destinations. De l’Irlande au Botswana, de Cuba à l’Ouzbekistan, il partage ses carnets de voyage sur son blog.  En 2015-2016, il traverse la France à pied à travers la diagonale du vide. En mars 2018, il publie le récit de son voyage La Diagonale du vide, un voyage exotique en France. C’est à la fois un carnet de route pour ceux qui veulent partir à l’aventure mais aussi pour tous ceux qui se posent des questions sur la manière dont les campagnes françaises réagissent et agissent face à un monde qui change.
Retrouvez des extraits exclusifs dans Oxytanie#5.


« Les plages sont aussi des milieux naturels »

Qui sont ces oiseaux qui nichent sur nos plages ?

Kattalin Fortuné-Sans, responsable du pôle biodiversité et gestion des espaces naturels au PNR de la Narbonnaise en Méditerranée : La plupart sont des oiseaux migrateurs, des espèces protégées de la famille des laro-limicoles qui passent l’hiver en Afrique et qui viennent se reproduire sur notre littoral à partir du mois de mai, où ils sont présents en général jusqu’à fin juillet. Trois mois, c’est court, mais cela correspond à la période où il y a le plus de monde sur les plages. Ce sont des oiseaux qui nichent sur le sable, à même le sol. Une sterne naine pèse 50 grammes, face à un chien ou un chat elle ne fait pas le poids !

« On résume trop souvent notre impact à la pollution de l’air et aux déchets et on oublie le dérangement. D’où l’importance d’outils comme la Météo des oiseaux pour montrer aux usagers du littoral l’impact qu’ils peuvent avoir malgré eux, surtout dans une période cruciale comme la reproduction »

Un humain qui s’approche, c’est aussi considéré comme un risque de prédation et l’oiseau quitte systématiquement le nid. Une fois dans la journée ça va, mais si c’est un endroit très fréquenté, ça compromet vraiment ses chances de reproduction. C’est toute la problématique du dérangement. Pareil pour les activités nautiques. Une aile de kitesurf qui passe au-dessus d’une colonie, et tous les oiseaux s’envolent instantanément.

C’est justement avec les pratiquants des sports de nature, nombreux sur le littoral audois, que vous avez créé la Météo des oiseaux. En quoi consiste-t-elle ?

L’initiative a débuté en 2015, impulsée par le Parc naturel et un amateur de sport de glisse ; on est parti du constat que si les riders étaient informés de leur impact sur ces oiseaux, ils adapteraient certainement leur pratique.

[…]

Pour lire cet article en totalité et soutenir la presse locale de qualité, commandez le numéro #5 d’Oxytanie !

 

Une avocette élégante. Photo G. Molléra (PNRNM)

L’info en +

Vigilance aussi pour ramasser les déchets

Même pour ramasser les déchets, veillez à éviter si possible les « zones rouges » et à être vigilants. Ramassez les déchets polluants et laissez les matières organiques, celles qui sont notamment abandonnées par la mer en se retirant et qui forment la laisse de mer. C’est une barrière naturelle contre l’érosion et un habitat pour de nombreux organismes.

Consulter la Météo des oiseaux, avec la carte remise à jour toute les semaines.
Et sur Facebook, la page Météo des oiseaux, animée par le Pôle-relais lagunes.  Pour plus d’informations sur les neuf espèces concernées par l’outil, rendez-vous sur ici.