Découverte des abeilles noires et des ruchers-troncs

Découverte des abeilles noires et des ruchers-troncs

Venez découvrir l’histoire de l’abeille noire et des ruchers-troncs accompagné d’une dégustation de miel et d’hydromel.

Avec : Chantal et/ou Yves Elie de l’association L’arbre aux abeilles.
Dates : Samedi 2 novembre 2019, à 14h.

Choisissez un évènement sur le calendrier :
Vous devez être connecté(e) pour utiliser vos passes de réservations.


Vous souhaitez réserver cette activité ?

L’Arbre aux abeilles a pour objectif la conservation de l’abeille noire dans les Cévennes, la restauration et le repeuplement des ruches-troncs qui sont l’habitat traditionnel de cette abeille noire. Ce qui implique des opérations apicoles : élevage, expériences, etc. Elle a créé tout un environnement propice aux pollinisateurs près de Pont-de-Montvert, la Vallée de l’abeille noire.

« Pour nous, ce qui compte avant tout, c’est le bien-être des abeilles. On respecte leur rythme et leur biologie, on ne leur en demande pas trop. »

www.ruchetronc.fr

Contactez-les :

Tél. 06 68 14 87 78

Mail : grand.rue@sfr.fr

Grand Rue, 48220 Pont de Montvert

Visite de la Maison des loups

Visite de la Maison des loups

Assistez au nourrissage des meutes et rencontrez les soigneurs pour tout savoir sur les loups !

Activité : Visite de la Maison des loups
Avec : Les soigneurs de la Maison des loups / Frédéric Mola (directeur)
Dates : 4 entrées pour le parc, dates libres. En septembre-octobre : le parc est ouvert de 11h à 17h les samedis et dimanches. Ouvert tous les jours pendant les vacances de Toussaint. Nourrissage des meutes à 12h et 15h30.

Choisissez un évènement sur le calendrier :
Vous devez être connecté(e) pour utiliser vos passes de réservations.


Vous souhaitez réserver cette activité ?

Dans un écrin de verdure, le parc accueille une vingtaine de loups que l’on peut observer depuis des observatoires en bois ; mais aussi une ferme, un sentier des traces, un sentier pieds nus… Un parc à taille humaine et dans un cadre magnifique.

« On n’est pas là pour impressionner. Quand on a eu l’idée de créer ce parc, il y a vingt-cinq ans, c’était pour accompagner le retour du prédateur en France dans un esprit de découverte, pour montrer le loup en toute objectivité. »

www.maisondesloups.com

Contactez-les :

Tél. 05 61 64 02 66

Mail : maisondesloups@wanadoo.fr

La Maison des loups
Les forges
09110 Orlu

Dans la vallée où les abeilles ne meurent pas

Des abeilles noires en souffrance les premiers jours de l’été, ils n’avaient jamais vu ça. Mais cette année la météo a été particulièrement chaotique, empêchant les abeilles de se nourrir comme elles auraient dû au printemps. « Il faut les aider un peu », confie Chantal, fichu sur la tête, en enlevant son encombrante combinaison blanche. Elle vient de déposer dans chaque ruche quelques gouttes de sirop sucré qu’elle a concocté pour elles, un coup de pouce pour attendre des jours meilleurs. Dans cette vallée préservée au cœur des Cévennes, les abeilles sont aussi en danger. Mais Yves-Élie et Chantal arrivent à maintenir un taux de mortalité de 5 % à 10 % chaque année, ce qui correspond à leur mortalité naturelle, pas plus. En Europe, on parle de 23 % en moyenne. Les coupables sont connus et nombreux : les engrais et pesticides chimiques, les virus (principalement le varroa), les parasites comme le frelon asiatique, mais aussi les monocultures intensives qui ont appauvri la flore et nuisent à la biodiversité.

Des capacités extraordinaires de résistance et d’adaptation

C’était déjà le cas il y a un peu plus d’une dizaine d’années quand Yves-Élie, alors réalisateur de documentaires, décide de raccrocher sa caméra et de revenir s’installer chez lui, au Pont-de-Montvert. « Je venais de tourner un film sur les pesticides, je voyais les dégâts que ça faisait », explique-t-il simplement. Avec Chantal, ils se passionnent pour l’abeille noire, « l’abeille locale », seule abeille mellifère présente naturellement en France. Il y a un siècle il n’y avait qu’elle dans les ruches de l’Hexagone, mais elle a été peu à peu abandonnée au profit de sous-espèces plus rentables et plus dociles. Au point d’être aujourd’hui en voie d’extinction, menacée par l’importation de ces sous-espèces qui amènent avec elles des pathogènes inconnus et fragilisent son patrimoine génétique. « Aujourd’hui, la majorité des apiculteurs travaillent avec des abeilles importées et hybrides. En visant la rentabilité à court terme, on a créé des organismes déconnectés du vivant, des espèces hyper sélectionnées qui sont en réalité très fragiles et inadaptées à nos territoires. Alors que l’abeille noire, elle, a des capacités extraordinaires de résistance et d’adaptation ! », s’enthousiasme Yves-Élie. En 2006, ils s’installent en tant qu’apiculteurs pour expérimenter autre chose, puis, en 2008, ils créent l’association L’Arbre aux abeilles, qui œuvre à la préservation de l’abeille noire et de son habitat traditionnel en Cévennes, le rucher-tronc.  Au cœur du Parc national des Cévennes, les nombreux bénévoles, apiculteurs ou non, redonnent vie à une vingtaine d’hectares le long du Tarn pour offrir un cadre de vie sain et nourricier aux pollinisateurs. Un conservatoire, « la vallée de l’Abeille noire », qui compte aujourd’hui 150 colonies.

« Quand on les laisse tranquilles, les abeilles se portent beaucoup mieux », répond Yves-Élie d’une voix douce quand on lui demande le secret de cette vallée où les abeilles ne meurent pas. « Pour nous, ce qui compte avant tout, c’est le bien-être des abeilles. On respecte leur rythme et leur biologie, on ne leur en demande pas trop. Attention, cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire ! On a tellement déséquilibré les milieux que les abeilles ne pourraient pas s’en sortir seules aujourd’hui. C’est un équilibre à trouver. On ne peut pas revenir en arrière mais on peut réadapter nos pratiques. »

Pas de pesticides ni de sélection

« L’idée, c’est d’aller vers une apiculture basée sur le bien-être des abeilles et de s’éloigner d’une apiculture basée sur les exigences des apiculteurs. C’est à nous de nous adapter aux abeilles, pas le contraire »

Qu’est-ce que cela signifie, concrètement ? « La première chose, comme faisaient les anciens avec bon sens, c’est d’installer les abeilles dans des endroits propices à leur développement. On ne met pas les ruches dans des cultures traitées avec des pesticides ! » Pas non plus de transhumance (le fait de déplacer les ruches pour suivre les floraisons et optimiser le rendement), ni de sélection artificielle ; aucune intervention  dans la production et la reproduction. « Et on récolte seulement au moment où on peut leur prendre un peu de surplus sans les déstabiliser. Trop tôt on les prive d’une alimentation naturelle au printemps ; trop tard elles n’ont pas le temps de constituer leurs réserves pour l’hiver. L’idée, c’est d’aller vers une apiculture basée sur le bien-être des abeilles et de s’éloigner d’une apiculture basée sur les exigences des apiculteurs. C’est à nous de nous adapter aux abeilles, pas le contraire. » Quand il fait froid ou qu’il y a du vent, « on sait qu’il faut les laisser tranquilles, on ne force pas les choses. » Plus nerveuse que les autres mellifères, l’abeille noire pâtit de cette mauvaise réputation. « C’est pourtant une très bonne chose, s’exclame Yves-Élie, ça signifie qu’elle a un instinct de défense très développé ! Il faut juste faire avec. C’est ça, aussi, respecter l’abeille. » 

En dix ans d’expérimentations et d’échanges avec les autres sanctuaires réunis au sein de la Fédération européenne des conservatoires de l’abeille noire (Fedcan), dont Yves-Élie est le vice-président, ils ont défini une charte des pratiques de la « zone cœur » qui peut servir à tous.

Mais avec leurs « seulement » 250 ruches, il était important pour Yves-Élie et Chantal de montrer qu’on peut non seulement faire vivre l’abeille noire, mais aussi en vivre. « On ne récolte que le surplus de miel, ce dont elles n’ont pas besoin », précise Chantal. Une récolte qu’ils transforment en partie en hydromel. Pas besoin d’en faire la publicité : les pots et les bouteilles partent dans le monde entier, prisés par des tables de plus en plus en quête de naturalité. « C’est du miel tel que les abeilles le font pour elles-mêmes. C’est du miel d’abeilles, pas du miel d’apiculteurs », sourit Yves-Élie. Certains y retrouvent le goût du nectar de leur enfance.

Des cultures anciennes

Préserver les abeilles, c’est aussi préserver leur environnement. Avec l’aide des collectivités territoriales et de l’ONG Pollinis, les nombreux bénévoles de L’Arbre aux abeilles s’attellent à recréer tout un « paysage agricole prospère pour les Hommes et les pollinisateurs ». Depuis deux ans, près des ruches, ils ont planté du sarrasin, le « blé noir », qui se cultivait ici autrefois et ne requiert aucun traitement. « Il fleurit mi-août, au moment où les abeilles commencent à manquer de nourriture. » Sans gluten mais riche en protéines, sa farine est vendue avec les produits de la ruche. Un peu plus loin, d’autres plantes et arbres à fleurs bénéfiques aux abeilles ont été plantés. Des arbres fruitiers anciens de la région, sauvés de l’oubli par l’association des Vergers de Lozère. La châtaigneraie, aujourd’hui à l’abandon, est progressivement rouverte avec le greffage de châtaigniers en espèces anciennes. « Et avec nos cépages interdits, bientôt nous ferons du vin, et même du pois chiche noir des Cévennes ! Ce sont d’anciennes cultures, sélectionnées pour leur appartenance au patrimoine local et leur compatibilité avec les pollinisateurs : très résistantes et adaptées au territoire, elles sont un peu le pendant de l’abeille noire. L’objectif, c’est de tester une agriculture locale et un modèle économique compatible, et même favorable aux pollinisateurs. » Un projet de territoire qui pourra servir de modèle. L’Arbre aux abeilles est en train de monter un programme de coopération avec des apiculteurs d’Asie du Sud-Est. « Quand on commence à débobiner la pelote, on s’aperçoit que c’est le même fil rouge, c’est un problème planétaire. On est à la croisée des chemins : est-ce qu’on va continuer la normalisation ou jouer vraiment la carte de biodiversité ? », demande Yves-Élie.

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie

L’info en +

La seule abeille locale

L’abeille domestique, apis mellifera, comprend 26 sous-espèces, parmi lesquelles l’abeille noire (apis mellifera mellifera). Installée depuis plus d’un million d’années dans le nord-ouest de l’Europe (des Pyrénées à la Scandinavie), l’abeille noire est la seule abeille véritablement adaptée à nos climats et à nos biotopes. Contrairement aux sous-espèces importées, elle était capable de se débrouiller toute seule dans la nature. « Ce n’est plus le cas depuis l’arrivée de nouveaux pathogènes », souligne Yves Élie. Reconnaissable à sa robe sombre et poilue, elle se distingue par son endurance hors-pair qui en fait une super pollinisatrice, sa sobriété (elle adapte sa croissance à sa ressource) et une grande combativité face aux prédateurs et aux intrus.


Les eaux vivent

Ce n’est peut-être pas un hasard si Mathieu Foulquié a grandi à Saint-Clément-de-Rivière, là où le Lez prend sa source. « Quand j’étais ado, cette grande vasque m’intriguait, mais je n’aurais jamais imaginé pouvoir y plonger un jour, qui plus est avec Frank Vasseur, LA référence en plongée souterraine ! » Un retour à la source pour le biologiste marin, photographe et scaphandrier professionnel, qui a sillonné pendant vingt-cinq ans les fonds marins du monde entier. Cela fait quelques années que Mathieu se plaît aussi à explorer le fleuve de son enfance, ce « fil céladon» qui alimente toute la métropole de Montpellier mais qui fait surtout parler de lui quand il déborde. En photographiant les profondeurs du Lez, il met en lumière tout un monde méconnu. Il porte aussi un regard décalé et insolite sur ses habitants, comme le chabot du Lez, une espèce endémique du fleuve qui ne vit que dans ses cinq premiers kilomètres, ou encore ce couple de crapauds communs, immortalisé en pleins ébats, qui a valu à Mathieu de nombreux prix et une publication dans le réputé National Geographic. « C’est une attirance sûrement plus poétique que rationnelle, sourit-il. Certes, les fonds subaquatiques en eau douce sont un peu moins colorés que les fonds marins mais on y trouve des milieux et des habitants très variés. Dans les zones de courant, dans des torrents de montagne, on peut même capturer des ambiances surréalistes. »

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie

Retrouvez d’autres photos de Mathieu Foulquié https://500px.com/mathieufoulquie, sur son Facebook https://www.facebook.com/MathieuFoulquiePhotographie ainsi que le portfolio complet dans le numéro #2 d’Oxytanie


Dans les ateliers de Regain

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie


Pour aller plus loin

En terre andralopithèque

François Sanz nous raconte, en BD, la vie du éco-hameau d’Andral, dans le Lot. Un lieu où le processus est tout aussi important que le but à atteindre.

Lire la suite



Ils ne manquent pas d’idées

Des bouteilles en fibres de lin (Toulouse)

Boirons-nous demain dans une bouteille en fibres de lin ? C’est le pari des concepteurs toulousains de la Green Gen Bottle, la première bouteille biosourcée et recyclable, développée à partir de fibres de lin et de résines d’origines végétales. Ultralégère, elle est aussi très résistante et capable de résister aux fluctuations de température. Le choix du lin n’est pas anodin : 70 % de la production vient de France ; une culture qui ne demande ni irrigation ni traitements phytosanitaires. Objectif : un bilan carbone proche de zéro. Après plusieurs années de recherche et développement, l’objectif est de lancer la production à grande échelle au printemps 2020.

GreenGenBottle © DR

Un sac isotherme en laine de mouton et en chanvre (Lot)

Ce « mouton givré » n’en finit pas de faire parler de lui. Depuis que la Lotoise Cinthia Born a remporté le prix de « La start-up est dans le pré », à Laguiole (Aveyron), en mai dernier, son projet a connu un énorme coup d’accélérateur. Il s’agit d’un sac isotherme écolo en laine de mouton et en chanvre, deux isolants naturels qui permettent de garder les aliments au frais pendant plusieurs heures. La production vient de commencer et les premiers sacs sont vendus via un financement participatif.

L’objectif est de valoriser la laine française et de relancer la filière du chanvre dans le Lot, une plante écologique par définition car elle n’a ni besoin d’eau, d’engrais ou de pesticides. « On veut faire vivre nos campagnes », résume la pétillante couturière, qui ne manque ni d’énergie ni d’ambition.


© DR

Des barquettes compostables dans les cantines (Tarn-et-Garonne)

À Castelsarrasin, Cellulopack a le vent en poupe. Depuis 2013, la jeune société produit des emballages à partir de fibre de cellulose moulées : comme dans un moule à gaufre géant, la pâte à papier est pressée et séchée pour fabriquer des porte-gobelets, des cales-bouteilles et même des coquetiers… entièrement biodégradables et compostables. Mais son produit phare, c’est RestOkompost¸ l’association unique (et brevetée) d’une barquette en cellulose moulée et d’un film bio-compostable. Apte au contact alimentaire, étanche aux graisses et à l’eau et résistant à une température de 200°C, c’est un contenant idéal pour remplacer les barquettes en plastique. Broyé, il se décompose en terreau en quelques semaines. « On savait qu’il y avait un marché mais on a été surpris par l’ampleur de la demande », confie Olivier Mas, le président de Cellulopack, qui compte une vingtaine de salariés. Les collectivités sont en effet de plus en plus nombreuses à bannir le plastique de la cantine, répondant tant aux inquiétudes sanitaires qu’à la question des déchets. Montpellier a été la première métropole en France à se lancer, en février dernier. Toulouse lui a emboîté le pas en avril. La barquette de Castelsarrasin n’a pas encore pris de marché en Occitanie mais s’apprête à fournir les cantines de Bordeaux. Elle recrute et doit s’agrandir. « On a prévu de doubler le chiffre d’affaires très rapidement », confirme Olivier Mas.


© DR


Pour aller plus loin

« La biodégradation est le seul recyclage parfait qui existe »

Nathalie Gontard travaille depuis trente ans sur les emballages alimentaires biodégradables. Cette chercheuse à l’Inra de Montpellier veut démontrer que l’emballage du futur sera…

Lire la suite

« Pourquoi casser des bouteilles en parfait état ? »

En mai, l’association Consign’Up lançait sa première expérimentation pour réintroduire la consigne dans le territoire toulousain. Les explications de Marion Lembrez, porteuse du…

Lire la suite

Ça roule pour le vrac !

Après plusieurs années dans la recherche en écologie, Anne-Sophie avait envie de concret : elle vient de créer la première épicerie itinérante zéro déchet dans le Gers.

Lire la suite



La vague citoyenne

Valras-plage, un lundi matin. Le sable garde les stigmates du week-end : des bouteilles de bière par ci, une canette, un tournevis (!)… « C’est une maladie : maintenant, quand je vais à la plage, je ne peux pas m’en empêcher », s’excuse Benoît en s’éloignant pour aller les ramasser. « Ce sera déjà ça de moins qui risque de partir à la mer. Vous n’imaginez pas tout ce qu’on peut retrouver dans l’eau. » C’est en plongeant que Benoît, sapeur-pompier professionnel, ancien pompier de Paris, a réalisé que la Méditerranée était devenue une poubelle. « J’ai vu la différence en quelques années. Maintenant, on tombe plus facilement sur du plastique que sur du poisson. » Originaire de Bessan, un petit village de l’Hérault, le jeune homme de 31 ans est un « enfant du littoral ». Son quotidien, c’est la baignade, la plongée, la pêche… Mais aussi le terrain de rugby et les rings de boxe avec les copains. Pas vraiment la fibre écolo. Toujours pas d’ailleurs. « Je n’aime pas trop parler d’écologie, grimace-t-il. Je préfère parler d’éco-citoyenneté. »

« Deux heures de nettoyage, ça équivaut à des heures et des heures de débats ! À la fin, on étale tout ce qu’on a récolté, on boit un coup ensemble, les gens finissent par se faire la morale eux-mêmes »

Il suffit de passer quelques minutes en sa compagnie pour s’apercevoir que Benoît a une autre « maladie » : son portable. Il faut dire qu’il sonne, vibre ou bippe toutes les trois minutes. « C’est par là que tout a commencé », s’excuse-t-il à nouveau. Il y a cinq ans, Benoît est à la plage avec des copains quand il décide de créer Project Rescue Ocean. « Au début c’était une boutade ; d’ailleurs, même en anglais, ça ne veut rien dire mais c’est pas grave ! Je voyais les enfants jouer avec les mégots, ce n’était plus possible. Le soir-même j’ai créé une page Facebook, et puis j’ai commencé à publier simplement des photos et des films que je faisais sous l’eau avec une petite caméra embarquée. Au début, ça faisait bien marrer les copains ! Mais en quelques mois, j’étais suivi par des centaines de personnes. »

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie

L’info en +

La Méditerranée est l’une des mers les plus polluées au monde. Le plastique représente 95  % des déchets sur les plages et en surface mais ce sont les microplastiques, des fragments plus petits et plus insidieux, qui atteignent des niveaux records : leur concentration est presque quatre fois plus élevée en Méditerranée que dans le « vortex de déchets » du Pacifique nord. (source : WWF)


Celles sur Terre

« C’est un bijou dans son écrin. » En plissant les yeux pour les protéger du soleil brûlant, Sébastien embrasse le paysage du regard. Tout autour, les collines de roche rouge caractéristiques du Salagou se reflètent sur les eaux bleues du lac. Au centre, baignée de soleil, Celles se dévoile telle une cité perdue, désolée, magnétique. Les visiteurs y viennent par milliers chaque année, fascinés tant par la beauté du lieu que par son histoire hors du commun. Comment ne pas être ému en parcourant ses rues désertiques, ses ruines grillagées aux fenêtres emmurées, comme si le temps s’était soudainement arrêté il y a cinquante ans ? C’était en septembre 1969, les derniers habitants évacuaient les lieux : le village devait être englouti dans le lac, créé pour irriguer la vallée. Mais l’eau ne montera finalement jamais jusque-là. Le village était sauvé, mais il était vide : tous ses habitants l’avaient déserté et ne reviendraient jamais. « C’est encore un traumatisme, remarque Sébastien. Ils ont été expropriés mais en plus ils ont eu le sentiment d’avoir été expropriés pour rien. » Dans sa famille, le souvenir est toujours douloureux. « Je suis le seul des futurs habitants à avoir un affect terrien avec Celles, confirme-t-il. Mais je tiens à repartir sur des bases neutres, c’est pour ça que je n’ai pas voulu récupérer la maison de mon grand-père. Je n’ai pas envie de refaire le passé. » Dans ce « petit coin de paradis » où il a toujours aimé se ressourcer, il souhaite installer un atelier de dégustation pour ses vins élevés en musique, un concept innovant qu’il est en train de développer.

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie


Le bon goût de la réussite

La visite débute par un grand espace vide. Avant de nous faire passer derrière de grandes bâches blanches, Christophe veut nous parler de ce qu’on ne voit plus. « Imaginez : avant, ici, il y avait neuf lignes de fabrication de sorbets et crèmes glacées. On tournait presqu’en continu, une vraie fourmilière. » L’usine Pilpa comptait 127 salariés et des dizaines d’intérimaires. Entré comme manutentionnaire en 1997, Christophe était chef de ligne, là où aujourd’hui il n’y a plus rien que du carrelage jauni. L’annonce de la fermeture, « on l’a vécue comme une injustice. En quarante ans les salariés avaient su sans cesse s’adapter : on nous demandait toujours plus de flexibilité, toujours plus de rentabilité. »

Le délégué CGT devient une des figures de la lutte contre la fermeture. Objectif : garder l’emploi par tous les moyens. Après plusieurs mois d’études et de débats, l’activité continuera finalement sous la forme d’une Société coopérative ouvrière et participative, une Scop, qui prend le nom de La Fabrique du Sud. Dix-neuf ouvriers et agents de maîtrise y investissent leurs indemnités de licenciement. Derrière les bâches, nous les retrouvons autour de la « Ruff », une mini-ligne de remplissage automatique qu’ils ont conservée de leur ancien employeur.

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie

L’info en +

Entreprise démocratique

Parmi les structures coopératives, les Scop sont les seules dont les membres associés sont les salariés. Rattachées au droit coopératif et au droit des sociétés commerciales, elles reposent sur un principe de démocratie d’entreprise et de priorité à la pérennité du projet. Les salariés associés participent aux grandes décisions stratégiques en assemblée générale selon le principe « 1 personne = 1 voix ». Co-entrepreneurs, ils sont associés au capital, aux décisions, aux résultats de l’entreprise et élisent leurs dirigeants.


Du blé ancien à l’assiette, L’Odyssée d’Engrain

Retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro #2 d’Oxytanie